image

Notre programme

Vise à donner aux élèves qui en ont besoin une aide dans leurs réalisations scolaire et accroître l’engagement des parents envers la persévérance scolaire des élèves en les soutenant davantage.

Notre but

Notre mission est de lutter contre l’échec scolaire. Pour améliorer la situation, les bénévoles du Phare de l’espoir visent particulièrement à accroître l’engagement et la réussite des élèves, tout en favorisant la participation des parents.

Ensemble pour la réussite scolaire! On offre le tutorat et l’aide aux devoirs gratuitement!

 

Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire

La persévérance scolaire pourrait se définir au sens strict comme la poursuite des études jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme ou d’une qualification. Pour soutenir cette persévérance, il faut que les études soient suffisamment valorisées auprès des jeunes.
  • que ces derniers soient motivés et s’y investissent ;
  • qu’ils se sentent capables de réussir un parcours adapté à leurs capacités et aspirations ;
  • que les exigences de leur vie d’élève s’harmonisent avec les autres dimensions de leur vie.
Voici la Stratégie d’action visant la persévérance et la réussite scolaires du Ministère de l’éducation du Québec.

Chaque élève qui persévère et qui obtient un premier diplôme, c’est :

  • Une personne qui a de meilleures conditions de vie ainsi qu’une espérance de vie plus longue et dont les réalisations sont plus valorisantes.
  • Une société qui fait un gain économique cumulatif de 184 000 $ sur l’ensemble de la vie active d’un jeune résultant de l’obtention d’un diplôme.
  • Un marché du travail plus stable (maintien des emplois nécessaires à l’économie montréalaise).
  • Une personne qui contribue à la vitalité de la société (participation électorale, bénévolat, don de sang, etc.).

Le taux de diplomation montréalais progresse :

de 67, 7 % en 2009, le taux a grimpé à 76 % en 2014. Montréal fait ainsi un pas de plus vers l’atteinte de sa cible spécifique de diplomation de 77 % pour 2020, fixée par le MEESR. Cette amélioration est le reflet du travail des enseignants et des directions d’école ainsi que de celui de centaines d’organisations et d’acteurs qui soutiennent sans relâche les familles et les jeunes dans leurs efforts vers la réussite. Bien que cette progression soit à célébrer, le travail est loin d’être terminé, car une grande proportion de jeunes quitte toujours les bancs d’école sans avoir obtenu un premier diplôme.   Source: Réseau réussite Montréal